Événements du LITIS

Chargement Évènements

« All Évènements

  • Cet événement est passé

Soutenance de thèse de Maxime GUININ le 18/05/17 à 14h

mai 18 @ 14:00 - 18:00

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous convier à ma soutenance de thèse de doctorat intitulée :
« Segmentation 3D des organes du pelvis masculin par des méthodes de superpixels et multi-atlas dans le contexte de la prise en charge des cancers prostatiques par radiothérapie externe ».

La soutenance se déroulera le jeudi 18 mai à partir de 14h à l’adresse suivante :
Université de Rouen – UFR Médecine-Pharmacie – Bâtiment Stewart – Salle de thèse (6ème étage)

La soutenance sera suivie du traditionnel pot de thèse auquel vous êtes chaleureusement invités.

Plan d’accès ici: http://www.univ-rouen.fr/jsp/saisie/liste_fichiergw.jsp?OBJET=DOCUMENT&CODE=1064330553052&LANGUE=0

Le Jury est composé de :
– M. Pascal Haigron         – Pr, LTSI, équipe IMPACT (Rennes 1)        – Rapporteur
– M. Rachid Jennance      – Pr, I3MTO (Orléans)                                – Rapporteur
– M. Bernard Dubray        – PU-PH, Centre Henri Becquerel (Rouen)   – Examinateur
– M. David Gibon             – Président, AQUILAB (Lille)                      – Examinateur
– Mme Isabelle Gardin     – HDR, Centre Henri Becquerel (Rouen)      – Directrice de thèse
– Mme Su Ruan              – Pr, Université de Rouen                           – Co-directrice de thèse

Résumé :
Le cancer de la prostate est une cause majeure de décès dans le monde. La radiothérapie externe est une des techniques utilisée pour traiter ce cancer. Pour ce faire, la segmentation de la prostate et de ses organes à risque (OAR) associés (le rectum, la vessie et les têtes fémorales) est une étape majeure dans l’application du traitement. L’objectif de cette thèse est de fournir des outils afin de segmenter la prostate et les OAR de manière automatique ou semi-automatique. Plusieurs approches ont été proposées ces dernières années pour répondre à ces problématiques. Les OAR possédant un contraste relativement bon dans l’image, nous nous sommes orientés vers une approche semi-automatique de leur segmentation, consistant en une sur-segmentation de l’image en petites régions homogènes appelées superpixels. L’utilisateur de la méthode choisit ensuite de labelliser quelques superpixels dans les OAR comme des germes. Enfin, la méthode segmente les OAR grâce à une diffusion sur le graphe (à partir des germes) construit par des superpixels. Quant à la segmentation de la prostate, un sous-volume de l’image appelé VOI (Volume Of Interest), dans lequel se trouve la prostate, est tout d’abord défini. À l’intérieur de ce VOI, la segmentation de la prostate est réalisée. Un dictionnaire composé des caractéristiques de textures extraites sur chaque patch du VOI est d’abord construit. La sélection de caractéristiques du dictionnaire sous contraintes parcimonieuses permet ensuite de trouver celles qui sont le plus informatives. Enfin, basé sur ces caractéristiques sélectionnées, une propagation de label de patch sous contrainte parcimonieuse est appliquée pour segmenter la prostate à deux échelles, superpixels et pixels. Notre méthode a été évaluée sur des images TDM du Centre Henri Becquerel et IRM du challenge ISBI 2013 avec des résultats prometteurs.

Mots-clés : Segmentation, Organes à risque, Prostate, Radiothérapie, Superpixels, Multi-atlas, Parcimonie

Bien cordialement,
Maxime Guinin

Doctorant CIFRE entre Aquilab et Quantif
Email: maxime.guinin@etu.univ-rouen.fr

Détails

Date :
mai 18
Heure :
14:00 - 18:00
Publié dans